Qu’est ce qu’un tirage pigmentaire ?

Publié le : 25 octobre 20216 mins de lecture

Parmi les systèmes d’impression utilisés sur le coton dans l’industrie textile, l’impression pigmentaire représente pas moins de soixante-dix pour cent du total. Ce système ne nécessite aucun traitement préalable ou postérieur autre que le séchage du tissu. La gamme de couleurs est large, et la netteté des impressions est excellente. Les pigments ne réagissent pas avec la fibre de coton et doivent être collés au tissu avec un liant filmogène, ce qui peut nuire au toucher du tissu. Toutefois, les progrès réalisés dans les systèmes de liants ont contribué à améliorer les performances d’impression.

Les effets spéciaux sont utilisés en plus ou en combinaison avec les pigments pour conférer un aspect unique aux tissus. Parmi les effets spéciaux examinés dans ce bulletin figurent les techniques de réserve, de décharge et de brûlage. Les types de pigments alternatifs tels que les technologies thermotrope, phototrope, puff et plastisol seront également décrits.

Impression pigmentaire

Un système d’impression pigmentaire sur textile comprend les paramètres suivants :

  • Pigment : Un colorant pigmentaire est une substance organique colorée qui n’est pas facilement soluble dans la plupart des solvants courants et ne confère une coloration aux substrats textiles que lorsqu’il est incorporé à un système de liant adéquat.
  • Liant : Un liant de pigment est la résine polymère de latex qui forme un film tridimensionnel sur la surface de la fibre. Ce film contient la dispersion du pigment textile et agit pour faire adhérer le pigment à la surface du substrat. La permanence de ce film dépend du type de polymère et des conditions d’application. La chimie, les performances et l’application des liants sont traitées dans le bulletin technique ISP 1008.
  • Epaississant : Le système pigmentaire est composé du pigment textile dispersé dans le liant de résine polymérisable, qui est ensuite mélangé dans un système épaississant synthétique, composé d’un acide acrylique à longue chaîne. L’épaississant permet à la pâte d’impression pigmentée de rester en place une fois qu’elle est déposée sur le tissu avant le séchage. Ce système est appliqué sur le substrat textile par les moyens suivants : sérigraphie rotative, sérigraphie à plat, impression au rouleau gravé, enduction, rembourrage, pulvérisation ou immersion.

Préparation à l’impression

De nombreux substrats textiles cellulosiques ont été utilisés pour produire des articles décorés et colorés. Pour obtenir des résultats minimaux, il convient de s’inspirer de ce qui suit.

La préparation comprend les éléments suivants :

  • Un décapage, avec un détergent et un alcali pour éliminer les huiles et les cires du tissu et le rendre absorbant, est nécessaire.
  • Pour le coton et les mélanges de coton, un processus de blanchiment supplémentaire peut être inclus pour blanchir davantage le tissu et éliminer les mottes.
  • Dans le cas d’un tissu de coton, il est avantageux, bien que non nécessaire, que le tissu soit caustisé ou mercerisé pour maximiser la valeur de la couleur et l’apparence de l’impression, ainsi que pour augmenter le lustre et la brillance du tissu. La concentration d’hydroxyde de sodium (NaOH) nécessaire pour caustiquer le coton est de 22ºBé. Pour produire un tissu mercerisé, la concentration de NaOH doit être augmentée à 28-32ºBé, et le tissu doit être maintenu sous tension pendant l’application.
  • Le tissu doit également être brûlé pour éliminer les fibres de surface.

L’imprimeur de teintures a besoin d’un tissu présentant les propriétés suivantes :

  • Pouvoir absorbant uniforme
  • Propre (sans peluche)
  • Couleur de base uniforme
  • Largeur uniforme
  • Pas de plis
  • pH neutre (7,0 – 7,5 est le meilleur pour toutes les impressions)
  • Alcalinité ≤ 0,05
  • Caustifiée ou mercerisée

Les bases de la formulation des pâtes d’impression pigmentaires :

L’élaboration d’une pâte d’impression commence par l’épaississant, qui est utilisé pour contrôler la viscosité de la pâte. Pour les pigments, on utilise un épaississant synthétique composé d’un acide polyacrylique à longue chaîne. Ces acides polymères, une fois neutralisés, se repoussent mutuellement par une répulsion électrostatique pour former un réseau tridimensionnel qui épaissit la solution aqueuse. Cette augmentation de la viscosité est très utile pour agir en tant qu’extenseur ou épaississant pour le pigment colorant. L’épaississant fait partie intégrante de cette pâte d’impression, produisant une application beaucoup plus lisse et plus contrôlée, notamment en sérigraphie rotative. La relation entre la viscosité et l’impression est importante dans tous les types d’applications d’impression textile.

L’épaississant synthétique confère une viscosité à une solution aqueuse au repos. Lorsqu’une contrainte est appliquée à cette solution, par exemple lorsque la raclette force la pâte d’impression à travers l’écran, la viscosité diminue. Lorsque la contrainte est supprimée, une fois que la pâte est passée à travers l’écran et sur le tissu, la viscosité de la solution revient au point où elle était, au repos, avant que la contrainte ne soit appliquée. Ce principe est à la base de la technique de sérigraphie rotative et plate.

La viscosité détermine le pouvoir couvrant d’un fluide coloré. Si un fluide s’écoule lentement ou pas du tout, une grande force doit être appliquée pour obliger le fluide à couvrir et donc à colorer la surface. Les fluides qui s’écoulent facilement sont fins et peuvent nécessiter plusieurs couches avant que le substrat ne soit entièrement recouvert.

Plan du site